Osez vous lancez dans la grande aventure de votre vie après 50 ans !

Envie de changer ? Oui, oui et re-oui ! Vos enfants sont sur le départ. Adieu logistique familiale et charge mentale, c’est LE moment de transformer votre quotidien et de concrétiser votre potentiel. D’adopter un nouveau comportement.

Depuis belle lurette, vous avez mis le confort des autres avant le vôtre. Vous avez souvent lâché vos ambitions personnelles pour assurer la routine et l’imprévu, en travaillant à l’extérieur ou pas. A la cinquantaine, l’horizon s’ouvre, enfin. mais qu’allez-vous faire ? Vous sentez ce désir de renouveau, cette aspiration à vous réinventer. Mais en pratique, vous avez peur de piétiner.

Voici une nouvelle étape qui s’annonce. C’est votre heure, vous vous sentez pousser des ailesVous êtes une quinqua… et avez besoin d’autre chose ! Vous faites un genre de 2ème crise d’adolescence, et vous c’est tant mieux. Après tout, vous avez beaucoup donné, il est temps de profiter de la vie, de passer à un autre stade de développement personnel et professionnel.

 Et si vous alliez sur le devant de la scène, montrer au grand jour de quoi vous êtes capable ? Et si vous trouviez une place dans la société pour vous rendre utile aux autres ?

1- L’envie de changer vous tente, mais vous n’êtes pas sûre de vous

Une avalanche de questions vous taraude :

  • Allez-vous vous retrouver isolée ?
  • Décalée ? Voire ridicule ?
  • N’êtes-vous pas trop naïve ? 
  • Et puis pourquoi voudriez-vous vous mettre en avant, alors que d’autres sont tellement plus compétentes que vous ?
  • Êtes-vous suffisamment préparée, ou faut-il vous lancer en bravant l’inconnu ? 
  • Au fond, n’est-ce pas trop tard, comme l’insinue votre entourage ? Vous surestimez vos forces, c’est évident…

Que pourriez-vous apporter à la société ? Ce sujet vous préoccupe… car vous avez du mal à définir de quoi la société a besoin. Pourtant vous savez que des milliers de femmes sont déjà passées par là, et ont réussi.

Ce désir de renouveau après 50 ans, est-ce une illusion, un piège qui se referme tôt ou tard sur les femmes ?

1- Une vague de découragement vous submerge ?

Vous ne savez pas quoi faire concrètement. Vous avez des idées, mais floues, voire même fantaisistes. Ou alors vous êtes ultra-prudente, tellement que vous n’osez pas remuer le petit doigt. Et vous vous vous demandez si vous avez la forme et l’énergie pour reprendre une activité. 

Parfois, vous avez l’impression de n’avoir rien fait, ou si peu, et vous vous sentez incapable de sortir de cet enlisement. Le syndrome de l’imposteur, ça vous dit quelque chose ? Entre liberté d’agir et vide existentiel, vous plongez dans la cinquantaine en ne sachant pas vraiment où vous mettez les pieds. Vous vous retrouvez parfois toute nue socialement, intimement, et ça n’est pas une sensation très agréable.

2- Et ce vieillissement corporel… Normal, que vous ayez envie de changer !

Ce corps qui vieillit, fatalement, vous tentez de le maîtriser par tous les moyens. Colmater les rides, ravaler la peau qui se relâche, certaines en font une obsession. Prenez les mesures qui s’imposent et n’y pensez-plus.

La ménopause est là et ses effets sont durables, sur votre humeur, sur votre énergie, sur vos relations de couple. Notre corps est notre “machine à vivre”, et quand il déraille, toute notre vie déraille en même temps. Donc il va falloir renforcer vos muscles, vos os, reprendre des forces. Pour acquérir de l’assurance physique, du charisme, de la détermination, et mettre en place votre programme.

2- La société vous renvoie une image dévaluée ?

Vos enfants n’ont plus besoin de vous, ou si peu. Peut-être vous êtes vous décidée à leur dire de se débrouiller tous seuls ! Pour une fois, personne ne vous réclame. Est-ce grisant ou perturbant ? Vous qui vous êtes continuellement préoccupée des autres et qui avez ardemment aspirée à retrouver la liberté… voilà que vous ne savez pas quoi en faire.

Et puis au moment de la ménopause, dans la cinquantaine, vous vous sentez moins séduisante, et vous vous croyez moins désirée.

Le regard que porte la société sur les femmes de 50 ans vous interpelle. Comment vous positionner pour regagner vos lettres de noblesse ? Vous ruminez, vous envisagez des tas de projets, souvent contradictoires. Parfois vous commencez à prendre des initiatives un peu hasardeuses, ou vous foncez tête baissée, mais vous n’allez nulle part.

Vous en discutez abondamment, ça c’est sûr. Heureusement que vos amies sont là. Mais parfois, vous sentez que vous avancez à reculons. 

3- Concrètement, qu’est-ce que votre envie de changer signifie ? 

Qu’est-ce qui peut vous motiver pendant plusieurs années, plusieurs décennies ? Pensez-y un instant.

  • Trouver un nouveau sens à votre vie : une nouvelle direction vers où aller et une nouvelle signification plus personnelle,
  • Être utile à la société, contribuer à construire un monde meilleur, répondre “présente” pour défendre une cause qui vous importe,
  • Gagner de l’argent selon votre juste valeur, faire en sorte que vos actions génèrent un revenu financière (si vous le souhaitez),
  • Donner le meilleur de vous-même, prouver que vous aussi, vous le pouvez,
  • Utiliser tout ce que vous avez appris sur le plan privé, y compris dans l’éducation des enfants, la maladie ou les déménagements,
  • Apporter votre vision, votre créativité, votre savoir, votre leadership, votre manière d’être à autrui,
  • Vous sentir épanouie, à votre plein potentiel,
  • Être valorisée, appréciée, occuper pleinement votre place dans le monde qui vous entoure,
  • Sortir des coulisses. Faire un pas en avant, sous les projecteurs. Être vue. Être reconnue. Jouer un rôle. Être fière de vous !

2- Il vous manque un maillon pour passer du rêve à la réalité

Mais il vous manque une pièce du puzzle. Vous n’arrivez pas vraiment à mettre la main dessus. Pourquoi est-ce si difficile de se transformer, de mettre en oeuvre son envie de changement à 51 ou à 56 ans, même si on le veut très fort ?

Ce maillon, c’est la conjugaison de l’ambition et de la méthode. Il faut dépasser l’envie et la motivation, pour entrer sur le terrain de la discipline. Viser loin, puis suivre les étapes les unes derrière les autres :

  • Choisir un “cadre”, un concept, un état d’esprit,
  • Le décomposer en “contenu”, en mini-objectifs à franchir les uns derrière les autres.

Je suis passée par ces phases, les mêmes : l’envie, le doute, le piétinement. Les discussions en boucle avec mes ami(es), mon mari, les collègues, pour savoir ce que je pourrais faire, de quoi j’étais capable, en quoi je pourrais être utile et faire une différence. Qu’est-ce qui était réaliste ? Qu’est-ce qui me faisait vibrer ?

J’ai mis longtemps à comprendre que l’on ne commence à changer que lorsqu’on commence à agir. Je voulais me remplir d’énergie avant de débuter, alors que l’énergie se découvre au fur et à mesure que l’on avance.

1- Les scientifiques ont leur méthode pour avancer pas à pas

C’est facile à dire, mais ce qu’il faut, c’est commencer. Sans attendre qu’on ait toutes les cartes en main. C’est trivial, c’est idiot et c’est basique, mais c’est indispensable. Et pour cela, il faut trouver un élément déclencheur.

Il faut bien comprendre que vous n’êtes pas la seule à errer lorsque vous voulez changer. Individuellement ou collectivement, c’est toujours ardu. 

 La science s’est intéressée à ces mécanismes, en particulier tout ce qui ressort de la santé publique. Il est par exemple super difficile d’inciter les citoyens d’un pays à modifier leur comportement en matière d’alimentation, ou de sport. Pour cela les chercheurs testent des théories et des méthodes, et pas à pas ils arrivent à comprendre ce qui nous freine, et ce qui nous manque. 

2- Mettez ces 6 étapes en pratique

Voici un script de travail typique à partir d’un exemple très simple : 

  1. Quel comportement veut-on obtenir ? Par exemple, ne plus grignoter devant son ordinateur.
  2. Qui est concerné par ce changement ou qui peut l’influencer ? Ceux qui travaillent à la maison, celle/celui qui fait les courses.
  3. Quels sont les facteurs qui le freinent ou qui favorisent ? La présence de snacks dans la maison. L’absence de regard extérieur sur ce que l’on fait chez soi.
  4. Que doit-on surmonter précisément ? L’envie de se changer les idées devant la difficulté, la routine ou l’ennui. L’abondance de nourriture sans restriction dans son accès.
  5. Que doit-on mettre en oeuvre pour motiver ? Ne plus acheter d’en-cas. Trouver une diversion quand on est fatiguée de travailler (marcher, boire une tisane). Apprendre à attendre de ne plus avoir faim avant de se lever de sa chaise, etc.
  6. Comment mesurer les changements opérés ? En prenant son poids tous les matins et en constatant qu’il baisse.

3- Pour stopper la rumination, commencez à planifier

Car agir, même par toutes petites touches, n’est pas suffisant. Il faut d’abord se débarrasser de son bagage encombrant, paralysant. S’appuyer sur autrui pour se décharger du jugement que l’on porte sur soi-même. Dans l’exemple si dessus, on grignote parce qu’on s’ennuie, alors on puise dans le placard, on prend des kilos et on fabrique une mauvaise image de soi.

Quand on s’interroge seule sur son futur, on se pose en face d’un miroir déformant, qui reflète une fausse image de nous-même. Celle que nos émotions ont motivé, pas celle que nos actes ont construit. 

Le fait de partager ses échecs, de les exprimer pour mieux s’en débarrasser, est utile dans les stratégies de changement. Même au sein des entreprises, il a été prouvé que cette méthode est efficace.

On se laisse envahir par son passé, que l’on utilise maladroitement pour estimer ce que sera notre futur. Du coup on reste prisonnière de nos peurs, de nos idées reçues, de nos blocages.

3- Trouvez un regard motivant qui montre la direction à suivre

Trouvez une personne qui vous écoute, sans a priori, vous comprenne et ne vous juge pas. Une personne… qui ne soit pas vous, mais qui vous voit tout entière. 

Un tiers qui vous regarde objectivement :

  • Qui vous aide à décanter, à vider votre sac une bonne fois pour toute, à formuler votre projet et à le mettre en œuvre, mais qui ne le fasse pas pour vous. 
  • Qui mette votre situation en perspective, qui vous donne des références pour repérer où vous en êtes sur la carte de votre vie, et sur la carte du monde extérieur.
  • Qui déverrouille ces blocages et ces barrières intérieures.
  • Qui vous motive à poursuivre, qui vous pousse à oser, à aboutir, à concrétiser votre besoin de renouveler votre vie après 50 ans. 
  • Qui vous aide à créer de nouvelles émotions positives, sur lesquelles baser la suite de votre vie.

1- Visez loin, retroussez vos manches, faites-vous aider

Soyez accompagnée pour ne pas restée hypnotisée par vos doutes ni paralysée par vos manques. Pour vous aider à objectiver vos atouts, vous recaler sur la réalité et sur l’avenir et vous faire progresser vers un résultat tangible. 

Faites-vous soutenir dans votre quête, c’est la clé de votre réussite. Vous avez des réticences, des freins qui vous retiennent de franchir le cap ? C’est normal, vous en aurez beaucoup d’autres, et c’est même grâce à eux que vous irez de l’avant. 

Il faut poursuivre avec ses doutes, ils marquent les étapes nécessaires et disparaitront d’eux-mêmes, au fur et à mesure qu’on les franchit. 

2- Epanouissez-vous dans une existence que vous avez choisie

A force de lever une objection après une autre, on fait un sacré bout de chemin vers son but. Vous serez surprise de constater à quel point il est possible de gagner des forces, de la confiance en soi. 

Vous identifierez de plus en plus vos atouts, et de moins en moins vos insuffisances. Vous changerez peut-être de style, de look, pour exprimer la femme que vous devenez.

Vous verrez qu’un chemin clair se dessinera, et vous aurez très envie de le suivre. Ça sera votre voie, celle que vous avez défrichée de vos propres mains et selon vos priorités et vos valeurs. Celle qui donnera un sens à votre vie. Et qui ira là où vous l’avez décidé.

Soyez fière de vous ! Qu’est-ce qui est plus motivant que de mettre à exécution ce projet qui vous anime ? Alors lisez ce récapitulatif et commencez dès-maintenant :

4- Envie de changer après 50 ans : le récapitulatif

  1. Déterminez ce qui vous manque, sur tous les plans de votre vie,
  2. Equilibrez-le avec ce que vous avez déjà construit de positif,
  3. Choisissez 3 actions à mettre en place pour combler ces différences,
  4. Plongez au coeur de vous même pour comprendre la vraie raison qui vous motive/freine,
  5. Elaborez un plan par action, et visualisez les étapes importantes,
  6. Faites vous accompagner pour être sûre de réaliser vos ambitions et de ne rien regretter plus tard.

ENVIE DE CHANGER à 50 ans et + ?

Inscrivez-vous à ma newsletter du dimanche, et bénéficiez de conseils uniques et efficaces !

Ces autres articles du blog vont vous intéresser

Vous aussi, vous hésitez à faire un pas de géant et voudriez témoigner ?

Racontez-nous votre expérience dans les commentaires, dites-nous si et comment vous envisagez de changer de vie après 50 ans.


Leave a Reply

Your email address will not be published.