Comment maigrir en jeûnant, sans regrossir, après 50 ans

Jeûner pour maigrir, c’est possible et je l’ai fait. J’ai perdu 18 kilos après la ménopause, et un an après je ne les ai pas repris. Au contraire, mon poids n’a jamais été aussi stable. Pour cela, je me suis armée de courage, et surtout j’ai suivi une méthode efficace, sur le long terme.

Il y a de multiples façons de suivre un jeûne, qui dépendent essentiellement de votre personnalité et de votre condition physique. Changer son corps se rapproche de se lancer dans un sport, mais pas forcément intensif. Il me semble que la plupart des femmes d’une cinquantaine d’années ont la force mentale et physique pour le faire. Par contre beaucoup sous-estiment les changements culturels (et quasiment idéologiques) que cela suppose.

Jeûner pour maigrir prend quelques semaines ou quelques mois de votre vie. C’est un temps très court par rapport aux bénéfices engrangés. Pour les quinquas comme moi, cela correspond à la période de transition nécessaire pour un renouveau de soi, lorsque l’on rentre dans la 2ème partie de sa vie et que les enfants sont grands.

Dernière chose : ce qui est difficile, c’est de lutter contre nos habitudes culturelles et familiales de manger 3 fois par jour. C’est aussi de résister à ses pulsions alimentaires. Changer ce que l’on mange, en plus ou en moins, n’est au fond pas si compliqué. Faire un jeûne pendant 4 semaines, c’est un peu comme partir 4 semaines dans un pays inconnu. Avez-vous ce type de caractère ? Pensez-y.

1- Identifiez votre façon de manger

La plupart des gens conçoivent un régime de la même façon qu’ils conçoivent de manger : avec constance, par intuition, de façon erratique, technique, gourmande, etc. Votre rapport à la nourriture est étroitement lié à votre personnalité.

C’est la raison pour laquelle énormément de personnes ne tiennent pas dans la durée : pour maigrir durablement, il faut beaucoup plus que ne pas manger, ou manger moins. Il faut ressentir intimement l’envie d’être différente.

1- Mangez-vous régulièrement ou par à-coups ?

Si vous êtes disciplinée, ou plutôt régulière, dans votre alimentation (même si vous mangez trop), cela sera plus simple pour vous de changer. Il vous faudra un bel effort au début, mais ensuite vous entrerez dans de nouvelles habitudes que vous suivrez sans problème.

Jeûner pour maigrir quand on a des habitudes alimentaires irrégulières peut renforcer cet aspect de votre comportement. Vous essayez quelque chose de façon passionnée, et vous vous découragez aussi vite. L’impulsion est votre plus grand frein dans la réussite de votre régime (et probablement dans la réussite de vos projets d’une façon générale).

Dans ce cas, un seul mot d’ordre : CONTROLEZ-VOUS. Si vous sentez que vous êtes sur le point de dérailler, vous devez impérativement entrer dans votre corps en visualisant vos émotions, pour les calmer.

Pratiquer une forme de méditation et de relaxation indispensable en parallèle au jeûne. Ce n’est pas le manque de nourriture qui vous gênera, ce sont vos réactions impulsives, qui sont plus puissantes que votre programme alimentaire.

2- Votre vie sociale tourne autour de la nourriture ?

Les diners et repas entre amis, famille et collègues sont une formidable occasion de renforcer les liens et de se sentir bien. Quand vous suivez un régime ou un jeûne, il va falloir reconsidérer cette activité. Ça n’est pas du tout évident.

Si les bons repas, l’alcool et les desserts vous réconfortent, vous allez devoir très consciemment les mettre entre parenthèses. Pendant mon jeûne, j’ai tout simplement changé mes habitudes sociales : j’ai rencontré mes amies en me promenant, et pas autour d’une table.

Et j’ai vu les personnes une par une plutôt que par groupe : on est beaucoup moins assaillie de remarques avec une seule amie qu’avec plusieurs… et on a ainsi moins l’opportunité de se remettre en question.

2- Choisissez comment vous voulez jeûner pour maigrir

Nous sommes conditionnées depuis l’enfance à prendre 3 repas par jour, plus un goûter éventuellement. Cette organisation repose sur des considérations sociales et culturelles qui permettent de couper la journée (et le travail) en plusieurs phases successives.

Mais toutes les civilisations, et toutes les époques n’ont pas suivi ce rythme. Il n’y a aucune raison autre que celle de la coutume (et des habitudes de manger de cette façon). Se conformer à ce système fait partie intégrante de notre place dans la société. Il structure la vie familiale, il nous permet de digérer sans problème… mais il n’est pas universel.

Rien ne vous empêche de changer ponctuellement ce rythme. Vous devez toutefois avoir conscience que ça n’est pas toujours si simple, socialement et corporellement. Changer ses habitudes et en intégrer de nouvelles, même pendant un temps donné, est un vrai travail. Vos intestins et vos papilles pourraient se rebeller et réclamer leur pitance, à vous de prendre sur vous pour ne pas leur céder !

1- Le jeune intermittent, à faire sur la durée

Les principes du jeûne intermittent sont connus, je ne reviens pas dessus dans cet article. Schématiquement, il s’agit de concentrer la période où vous mangez sur 1/3 du temps, donc 8 heures sur 24. Ce qui permet logiquement à votre corps de digérer pendant les 16 heures restantes, un temps beaucoup plus long que la normale.

Donc vous allez sauter un repas, pendant une longue période : 3 mois pour être efficace. Vous avez donc 2 possibilités :

1- Pas de petit déjeuner

  • Sauf les boissons chaudes (tisane, café, thé, sans sucre ni lait évidemment)
  • C’est le plus facile, d’ailleurs beaucoup le font sans problème. Vous notez par la même occasion que si vous pouvez vous passer de petit-déjeuner, vous pouvez aussi vous passer d’un autre repas.
  • C’est le repas que l’on prend le plus souvent seule, donc personne ne vous fera de remarques sur le fait que vous ne mangez rien. Profitez-en !

2- Pas de diner

C’est plus efficace, en partie parce qu’on consomme largement plus de nourriture au cours de ce repas. Mais dans la pratique, il va falloir s’habituer à ne toucher à rien, voire à cuisiner pour d’autres, tandis que votre conjoint et enfants vous regardent d’un air dubitatif.

Est-ce faisable pour vous ?

3- Et le déjeuner ?

Celles qui travaillent dans un bureau peuvent être tentées de sauter le repas du midi. Parce que ça leur semble plus facile à mettre en oeuvre, et parce qu’elles raccourcissent ainsi la journée de travail et peuvent rentrer plus tôt.

Mais le principe des 16 heures sans manger n’est pas respecté si vous suivez ce rythme-là. Sauf si vous ne prenez que le repas du soir. Je n’ai pas essayé cette méthode, mais si vous avez une grande capacité de résistance, je sais qu’elle est efficace.

2- Les trois temps du jeûne hydrique : avant, pendant, après

Jeûner pour maigrir se conçoit en trois temps : avant, pendant et après. Ces phases font partie d’un même processus. Si vous voulez réussir, il est impensable d’en sauter une seule. Courage !

“Avant”, ça dure une bonne semaine :

  • Vous supprimez les sucres et l’alcool pendant deux jours,
  • En parallèle vous commencez à boire 3 litres d’eau quotidiennement,
  • Puis vous enlever les viandes et poissons les deux jours suivants,
  • Ensuite vous supprimez les produits laitiers et les oeufs,
  • Puis les céréales, légumineuses et tubercules,
  • Et enfin les fruits.
  • Il ne vous reste plus que les légumes verts, la veille.

L’objectif ? Videz vos intestins. Ne vous amusez pas à sauter cette étape : ne commencez jamais un jeûne avec des aliments qui fermentent dans les intestins car ils ne sont pas évacués.

J’ai perdu 2 kilos nets au cours de ces 8 jours de préparation.

“Pendant” dure de 1 à 15 jours :

  • Vous ne mangez rien,
  • Vous buvez beaucoup (pour moi, 3,5 litres de tisanes par jour).
  • Il est plus facile, de mon point de vue, de ne rien manger que de manger peu. Sans digestion, notre système intestinal est à l’arrêt… et nous laisse tranquille. Au bout de quelques repas, la faim disparait. C’est normal, même si on a du mal à le croire tant qu’on ne l’a pas vécu.
  • Attention cependant à ne pas être grisée par cette sensation et à tomber dans l’anorexie. Mais ce risque me semble bien moins commun chez les femmes de 50 ans que chez les ados.

J’ai perdu 8 kilos nets après 2 semaines de jeûne hydrique.

“Après” dure 4 à 5 jours :

  • Vous mangez des soupes pendant 2 jours (légumes verts coupés en morceaux, sans ajout),
  • Vous ajoutez ensuite un peu de viande/poisson,
  • Puis un peu de céréales.

J’ai repris 2 kilos à la reprise (c’est logique), puis je les ai perdus la semaine suivante. Par la suite, pendant la stabilisation, j’ai perdu encore 8 kilos, environ 1 par semaine. Puis je me suis donné 8 mois pour garder un poids stable, en testant différentes méthodes. Ça a très bien marché.

J’ai traité ce point par ailleurs, mais il est clair que désormais, vous allez respecter votre corps, et donc vous alimenter sainement. En particulier, vous ne prendrez pas d’aliments industriels dès que ça sera possible. Faites-en une réalité, qui vous aidera au moins autant que de faire un régime ou de jeûner pour maigrir.

3- Préparez votre entourage

Une partie de votre réussite viendra de votre capacité à convaincre votre entourage, et notamment votre famille. Ils doivent vous suivre dans votre démarche et vous encourager, sinon vous lutterez continuellement contre leur mauvaise humeur et finirez par vous approprier leurs doutes.

1- Rassurez votre conjoint et enfants

Vous l’avez compris : la préparation d’un jeûne pour maigrir s’inscrit en deux mouvements concomitants : planifier votre plan alimentaire, et préparer votre famille. Informez-les, envoyez-leur cet article par exemple.

Ils doivent saisir les enjeux de votre programme, et notamment votre besoin de vous réapproprier votre corps au moment de la ménopause. C’est vital. Dites-leur que vous cherchez à être fière de vous, de votre corps, et surtout que vous voulez vivre le plus longtemps possible, avec légèreté et vitalité.

Vous vous doutez bien qu’ils vont vous dire que “vous êtes très bien comme ça, inutile de changer”, ou bien que “vous n’y arriverez jamais, ça va être un coup d’épée dans l’eau”. Préparez-vous à ces deux éventualités.

Et surtout, garantissez-leur que vous allez poursuivre la cuisine chaque jour, si c’est vous qui vous en occupez habituellement. Je vous rassure : j’ai préparé tous les repas pendant mon jeûne, et je n’y ai jamais goûté. S’ils sont d’accord, c’est aussi le meilleur moment pour eux de se mettre aux fourneaux (et à la vaisselle, tant qu’à faire…).

2- Prévenez vos amis et collègues

Idem pour les amis : il va falloir revoir vos modes d’interactions pendant plusieurs semaines. Je vous déconseille de participer à des réunions de groupe, surtout lorsque c’est pour prendre un apéritif ou un repas.

J’ai été surprise de constater que pour pas mal de personnes, il n’est pas concevable de se voir si l’on ne prend rien à manger ou si l’on ne boit pas d’alcool. Je vous encourage encore une fois à organiser des rencontres dans un musée, au cinéma, ou pour une balade. Mais pas un samedi soir au resto, ni chez vous ou chez autrui.

Quant aux collègues, je les ai trouvés finalement les plus compréhensifs. Peut-être parce qu’on n’est pas si intimes avec eux, mais surtout parce qu’on est habitués à bosser ensemble. Et jeûner, c’est quand même du travail…

4- Videz vos placards

Avant de commencer, pensez à l’approvisionnement. Celui que vous possédez déjà, et celui que vous allez devoir acquérir si vous faites un jeûne intermittent, ou pour votre famille.

1- Inspectez vos placards, frigo et congélateur

Vous pouvez mettre les ingrédients réservés à votre conjoint ou vos enfants dans un placard spécial, que vous n’utilisez que pour eux. Ensuite, vous donnez ou vous jetez tout ce que vous n’utiliserez pas, ni maintenant ni plus tard.

Par exemple le sucre blanc, les pâtisseries industrielles, les surgelés accumulés “au cas où”, etc. Ne gardez absolument aucun morceau de chocolat, si c’est votre péché mignon.

Profitez-en pour faire un tri radical dans vos réserves. A chaque vacance d’été, je vide entièrement mon frigo et mon congélateur. Avant mon jeûne, j’ai fait de même avec les boites de conserves, paquets de pâtes et autres bouteilles de soda.

2- Attention aux courses

Pendant toute la durée de mon jeûne, avant, pendant et après, j’achetais au jour-le-jour dans la supérette d’à côté ce qu’il fallait pour mon mari et mon fils.

  • Plus que jamais, ne faites pas les courses au moment des repas,
  • Buvez des tisanes chaudes avant de partir, puisque désormais elles constituent votre nourriture principale.

5- Avancez pas à pas

1- Votre objectif ? Le prochain repas

  • Votre seul objectif est de passer sans encombre d’un repas à un autre. Concentrez votre énergie sur ce moment-là, point.
  • Ne goûtez à rien, surtout. Concentrez-vous sur le fait de ne pas manger une seule bouchée de quoi que ce soit.

Et souvenez-vous de ceci : ceux qui arrêtent le jeûne sont ceux qui se mettent à goûter un met. Ce qui réveille leurs papilles. Ce qui alerte leur cerveau qu’il FAUT manger. Ne le faites pas. Empêchez-vous de le faire.

Si vous préférez, vous pouvez vous joindre aux convives en buvant une tisane particulière, que vous choisissez parmi un assortiment et que vous réservez pour ce moment-là. Je l’ai fait, ça a très bien fonctionné.

2- Notez vos progrès et frustrations

Achetez une balance connectée

Vous voulez maigrir, donc il faut mesurer vos progrès chaque jour. Commencez par acheter une balance connectée (qui coûte 30 à 50 euros). Cela vous permet de suivre votre courbe de poids chaque jour sur votre smartphone.

Tenez un journal de bord

Ne vous contentez pas de ce type de mesure. Prenez un cahier, et notez tout ce qui est lié à votre corps pendant cette période spéciale de votre vie :

  • Votre poids du matin,
  • Ce que vous mangez (en période intermittente, ou en phase de consolidation),
  • Le nombre de pas que vous avez effectué,
  • Les séances de sport ou de fitness,
  • Les phases de déception.

Notez tout. Sans mesure, vous ne pourrez pas comparer. Puis examinez régulièrement vos progrès. A l’échelle d’une seule semaine, vous serez épatée. Alors imaginez à l’échelle de 3 mois !

6- Soyez attentive à votre corps, ses forces et faiblesses

1- Identifiez vos sensations négatives

Avertissement

Ce n’est pas parce que je n’ai pas eu beaucoup d’effets secondaires que vous n’en aurez pas. Soyez super prudente, et ne commencez pas de jeûne hydrique si vous avez des problèmes de santé préexistants, bien evidemment. Ça a l’air facile sur le papier, mais c’est quand même une épreuve pour le corps. Cessez immédiatement si vous ne vous sentez pas bien.

Luttez contre la sensation de froid

Pendant un jeûne hydrique, on gèle. Jour et nuit. Oui, nous sommes des animaux à sang chaud, et une bonne partie des calories que nous avalons servent à nous réchauffer. Sans ces calories, on se croit en plein hiver. Habillez-vous chaudement, encore plus en hiver, et ajoutez une couverture la nuit.

Prenez garde aux vertiges

Oui, on peut continuer à marcher, plus lentement, jusqu’aux derniers jours d’un jeûne hydrique. Mais il faut faire attention aux chutes de tension le matin au lever, et à chaque fois que l’on décolle de son fauteuil ou de sa chaise.

J’ai failli plusieurs fois tomber en voulant prendre une douche le matin. Donc j’ai fini par y renoncer… et à me laver le soir.

2- Réappropriez-vous votre corps

Marchez et faites des assouplissements

Jeûner pour maigrir est l’occasion de se constituer une nouvelle image de son corps. D’avoir de nouveau la sensation que contrôler notre machine, qu’elle nous serve plutôt que nous soyons son esclave.

Je vous suggère fortement de combiner ce moment intense dans votre vie par de grandes marches dans la nature et par la pratique de quelques assouplissements et mouvements de stretching le matin. Vous avez détoxifié l’intérieur de votre corps, profitez-en pour fortifier aussi sa charpente.

Au fond, vous voulez davantage que maigrir : vous voulez vous sentir bien. Cela suppose une bonne utilisation des muscles… et du cerveau.

Pensez à votre look, au style que vous voulez adopter

Faire un jeûne pour perdre du poids constitue une expérience marquante. Exactement comme lorsque l’on commence un sport d’endurance, on réalise à quel point il est possible de nous contrôler, mais aussi à quel point c’est parfois difficile. On est surpris de sa force de caractère, et des résultats obtenus. C’est une sensation gratifiante.

A l’issue de mon jeûne, j’ai pu changer la plupart de ma garde-robe (achetée en soldes ou d’occasion). J’ai attentivement sélectionné chaque pièce, assorti les couleurs, combiné les textures et varié les usages. Cela m’a procuré un plaisir fou !

7- Préparez l’après-jeûne

1- La durée

Jeûner pour maigrir, c’est une forme de régime. Comme tous les régimes, on mesure son efficacité au bout d’un an. Donc la période de stabilisation dure grosso-modo dix à douze mois, au cours de laquelle vous allez devoir vous tester. L’objectif est de vous empêcher de regrossir :

  • Pesez-vous chaque matin au lever. Même si vous n’osez pas car vous pensez avoir trop mangé la veille,
  • Fixez-vous une limite à ne pas dépasser,
  • Si vous la dépasser, ne mangez pas au repas suivant,
  • C’est tout.

Et ensuite vous poursuivez sur le même chemin. Après 1 an de cette phase de consolidation, vous pouvez considérer que vous avez changé définitivement d’habitudes. BRAVO.

Tout ce processus n’est pas particulièrement compliqué. Le plus important est de respecter strictement les prises alimentaires :

  • Aucune en cas de jeûne hydrique (mais il faut beaucoup boire d’eau),
  • 1 ou 2 repas quotidiens seulement, sans en-cas, au cours du jeûne intermittent.

En plus, il faut impérativement se peser chaque jour, s’obliger à manger des légumes avant toute chose et procéder pas après pas, avec confiance. Je suis une impatiente de nature, mais je l’ai fait, car j’étais ultra-motivée. Alors faites-le aussi.

2- Les nouveaux repas

Après un tel nettoyage et un tel bouleversement de vos habitudes, il va falloir trouver un système alimentaire qui tienne la route pendant des années. Je vous conseille de baser votre nourriture sur les légumes. Pourquoi ?

  • Ce sont les aliments les moins transformés industriellement,
  • Ce sont les produits les plus riches nutritionnellement (vitamines, minéraux, antioxydants, etc.)
  • On a prouvé au cours de quantités d’études de grande ampleur qu’ils protégeaient le mieux des effets de la vieillesse et prévenaient efficacement des maladies graves,
  • Et enfin, bien sûr, ils sont légers, ce qui constitue une garantie pour ne pas regrossir.

8- Jeûner pour maigrir : le récapitulatif 

  1. Identifier votre style alimentaire
  2. Choisissez le type de jeûne que vous voulez adopter
  3. Préparez-vous mentalement, ainsi que votre entourage
  4. Videz vos placards d’aliments inutiles ou tentants
  5. Avancez jour à après jour, repas après repas
  6. Notez vos progrès et vos pensées chaque jour
  7. Obligez-vous à ne pas reprendre de poids

ENVIE DE CHANGER à 50 ans et + ?

Inscrivez-vous à ma newsletter du dimanche, et bénéficiez de conseils uniques et efficaces !

Et vous, quand commencez-vous à jeûner pour maigrir ?

Partagez votre expérience pour qu’on en profite toutes !

Ces autres articles du blog vont vous intéresser


Leave a Reply

Your email address will not be published.