Marchez sans compter, et joignez l’utile à l’agréable

Tous ceux qui me connaissent savent que j’ai une passion pour la marche. Je l’utilise essentiellement comme moyen de locomotion, depuis toujours. Mais en réalité, j’aime tout de la marche à pied : la randonnée comme hobby le weekend, les balades-conversations dans un parc avec mes amies, les parcours sportifs toute seule. Et les courses aux magasins du quartier, plusieurs fois dans la journée s’il le faut, pour rompre la journée de travail. 

Je n’ai pas de chien, mais si j’en avais un, je suis certaine qu’il accumulerait les kilomètres quotidiennement, le pauvre. Il me faudrait un animal qui tienne le coup ! A mon avis, rien n’est comparable au plaisir et à la liberté d’utiliser ses deux jambes comme moyen de transport et comme source de vitalité.

La marche détend l’esprit et libère l’imagination, elle rapproche des autres individus, et elle fait connaitre son territoire et environnement bien mieux que n’importe quel autre moyen. C’est à pied que l’on voit les modes se faire et se défaire, que ce soit en termes de vêtements que de comportements en tous genres. Car il s’en passe, des choses dans la rue ! Et si on n’y va pas, on loupe énormément d’informations sur la culture, du quartier ou du pays. 

Pour écrire cet article, j’ai longuement réfléchi à mes motivations pédestres. Au fond, qu’est-ce que j’aime dans la marche à pied ? Vous allez voir, c’est beaucoup plus que ce à quoi on pense habituellement… 

Lève-toi et marche ! Voilà une injonction à prendre au sens propre, absolument au pied de la lettre, sans connotation religieuse. Aujourd’hui, j’en suis convaincue : le bonheur n’est pas dans la tête. Il est dans les pieds.

1- Développement personnel 

Awe walk 

Les scientifiques tentent continuellement de déterminer ce qui nous aident à nous sentir mieux dans la vie. Parmi les solutions observées, les « marches d’émerveillement » sont faciles mettre en oeuvre. Elles consistent à être attentive à toutes les nuances de la nature, aux fourmillements des petites bêtes, aux couleurs de l’automne, au chant des oiseaux… Même au cœur d’une grande ville. Tout ce qu’on oublie facilement quand on est dehors.

Explorez davantage cet état d’apaisement en lisant cet article. Il s’agit de s’obliger à être à l’écoute de la réalité qui se trouve sous nos pieds ou en levant les yeux. La vie de micro-proximité est passionnante pour qui sait focaliser son attention et utiliser ses cinq sens. On est seule, mais entourée par d’autres existences (humaines, végétales et animales dans la ville comme dans la nature). 

Pratiquer ces « awe walks », c’est s’intéresser volontairement à la beauté accessible, qui est à notre portée immédiate, et cela a un pouvoir hyper-rassurant.

C’est exactement le contraire de l’oubli de l’environnement, que l’on voit maintenant :

Evasion mentale

Marcher peut-être magique. Car on peut concentrer son attention sur une chose précise, comme on vient de le voir, ou faire exactement son contraire : laisser ses idées vagabonder, oublier le présent, plonger dans son imagination, pratiquer avec sérénité l’enchainement des idées et des pensées, sans queue ni tête. 

Au bout d’un moment, on décolle. On perd le fil de ses soucis, on se met à rêver. Ça fait un bien fou. Le repos de l’esprit et la relaxation sont synonymes d’évasion, sans chercher à éviter les pensées négatives. C’est plutôt le mouvement du corps, le rythme des pas qui va finir par prendre possession de notre cerveau.

On atteint ce stade libérateur plus facilement grâce à la musique, un vecteur formidable pour pouvoir jouir d’une conversation avec soi-même. Tous ceux qui ont du mal à bouger, et plus particulièrement à marcher, gagneraient à écouter une playlist sur Spotify. Les cadences de nos pas et des notes finissent par s’accorder, et soudainement tout parait plus simple, plus évident, plus coulant.

Je suis quelqu’un d’énergique, donc je choisis des musiques puissantes, comme si j’allais courir un marathon. Mais JS Bach, Diana Krall et Enya fonctionnent très bien aussi !

Sensations physiques

Marcher de nuit, ou très tôt le matin, n’a pas son pareil pour réveiller nos cinq sens. Et miser sur notre sixième : l’intuition. Entre chien et loup, on combine un mélange de crainte et d’excitation :

  • Être dehors quand les autres sont à l’abri,
  • Voir moins et deviner plus, parfois en se faisant des idées, 
  • Entendre mieux car il y a moins de bruits ambiants, sursauter sans raison.

Quand je rentre la nuit seule dans la rue, je vole presque, et c’est une sensation grisante. Bien sûr, je ne passe pas dans les endroits dangereux, mais je privilégie toujours de marcher plutôt que de prendre le métro si je peux : je me sens beaucoup plus en sécurité, en force, dehors.

2- Civisme

Manifestations

Pour celles qui aiment marcher pour un but social, il n’y a rien de mieux que les manifs. C’est lent, mais qu’est-ce qu’on s’y défoule ! Côtoyer d’autres individus porteurs du même message, des mêmes revendications, permet de se sentir pleinement dans sa culture, dans son temps, qu’il s’agisse d’une minorité contestataire ou d’une majorité consentante. 

Évidemment, il ne s’agit pas de s’affronter physiquement, ou de se laisser harceler par des opposants mal lunés. Mais être coude à coude avec des inconnus pour un partage idéologique et social, certaines d’entre nous y sont très sensibles. Et chanter (ou aboyer) des slogans politiques, pacifistes, joyeux ou énervés, pro-ceci ou anti-cela, sous une pluie battante ou un soleil écrasant, c’est libérateur. 

Les Français adorent manifester et le font de façon particulièrement gracieuse comparé au reste du monde (si, si, je vous le jure). Et je suis certaine que que s’il fallait s’y coller confortablement, chacun chez soi devant un écran avec un thé chaud à la main, on aurait beaucoup moins de participants. Idem s’il fallait rester dehors, mais sur place : c’est la marche collective que l’on aime dans cet aspect-là de la politique (en plus de scander des slogans).

Nettoyage

La marche peut facilement devenir utilitaire pour celles qui aiment faire deux pierres d’un coup et joindre l’utile à l’agréable. C’est le cas du nettoyage des bas-côtés, des routes et des plages, qui consiste à collecter les déchets sur un parcours déterminé, armées de grands sacs en plastique. 

Ce type de volontariat permet d’avoir de vraies discussions environnementale ou municipales avec des locaux, membres de votre équipe ou simples observateurs du dimanche. On le pratique de plus en plus, comme on le voit dans cet article.

Lutter physiquement contre la pollution disséminée dans sa ville, c’est comme faire un grand nettoyage de printemps dans son salon. On collecte, on trie, on jette, et on se sent mieux. Et on est certaine de ne plus rien jeter sans réfléchir par la suite… et de faire la leçon à tous les membres de notre entourage s’il le faut.

Walking bus

J’adore l’idée du walking bus. Il s’agit de faire circuler les enfants d’un quartier à la queue leu leu, encadrés par des adultes bénévoles, depuis chez eux jusqu’à l’école. Et l’inverse au retour. Le bus s’arrête devant chez vous, l’enfant monte (il rejoint les rangs) et le bus se remet en marche jusqu’à l’étape suivante. Avec force sécurité, signalisation, et encouragements.

J’ai découvert cela à Durango, Colorado, quand j’y habitais. Prendre le « bus marchant » avec ses copains, c’est nettement plus fun que d’aller à l’école avec sa soeur en trainant des pieds.

Dans le même ordre d’idées, vous pouvez accompagnez des seniors dehors chaque jour, pour les aider à se déplacer, les rassurer et les distraire. J’ai rédigé un article sur les bienfaits de la marche spécifiquement chez les séniors dans un autre blog, le voici.

3- Bien-être et physiologie

La marche à pied améliore beaucoup d’indicateurs de votre santé, mentale et physique. Ses effets sont nets, durables et largement documentés. Son intérêt principal est qu’elle est accessible à tous, sans demander un gros effort en dehors de celui de trouver du temps à y consacrer.

Si vous voulez profitez des effets physiques, vous pouvez segmenter vos 7 000 à 13 000 pas quotidiens par petites plages toute la journée. Les pas s’accumulent, c’est ce qui compte. Mais si vous recherchez la relaxation mentale, alors je vous conseille de vous laisser emporter par session d’une demi-heure, voire d’une heure ou plus, à chaque fois. Il faut du temps à vos pensées pour s’envoler de leur cage !

D’une façon générale, la marche fait de nous une personne en meilleure santé, moins centrée sur nous-même. Ce qui nous rend susceptible de mieux communiquer avec les autres et davantage participer au monde qui nous entoure. C’est énorme, absolument irremplaçable.

Je ne reviens pas sur le détail des bienfaits physiologiques de la marche, vous les trouverez partout. Souvenez-vous qu’ils sont multiples, et touchent tout autant à notre santé physique que mentale. Si vous n’êtes pas convaincue, observez attentivement deux personnes, une qui marche quotidiennement et l’autre pas. Les différences de vitalité et d’attitude envers la vie vous sauteront aux yeux.

Voici la liste de ce qui vous attend :

Diminution des désagréments de la cinquantaine et de la ménopause

  • Régulation du poids, 
  • De la tension artérielle, 
  • Du cholestérol, 
  • Et du stress.

Augmentation du bien-être en vieillissant

  • Régulation de l’humeur,
  • De la mémoire,
  • Et de la digestion.
  • Augmentation de la durée de la vie en bonne santé.

4- Et puis aussi…

Relations

Le rôle de la marche dans les relations est énorme. Vous vous fâchez ? Sortez faire un tour ensemble. Accordez vos pas, ne parlez pas si cela vous gène, mais réfléchissez côte à côte, au même rythme. On conseille souvent aux couples de discuter, de s’expliquer ; je leur suggère plutôt de marcher ensemble, de retrouver ce tempo commun qu’ils ont perdu. Ensuite la parole revient et bientôt, des mots apaisés vont ressurgir.

La conversation intime à deux (conjoints, amants ou amis, voire collègues) est renforcée, à la fois épurée et approfondie, créative et synthétique, lorsqu’on avance ensemble. Les Américains, encore eux, ont remis au goût du jour la résolution de problèmes en marchant. C’est le Walk and Talk, réalisé dans le cadre professionnel, où l’on encourage l’innovation tout en diminuant la monotonie des réunions.

Transport

La marche à pied est un moyen de transport ; le plus simple et le plus direct, toujours à disposition – pas toujours le plus rapide, évidemment, mais combiner sport et transport fait finalement gagner du temps. Sans attente, elle est utilisable jour et nuit, gratuitement, par toutes.

Elle développe le sens de l’orientation, le sens du temps qu’il fait, le sens du timing et le sens de la courtoisie.

Luttons contre le réchauffement climatique en misant sur nos deux jambes ! Voici le baromètre des villes marchables (trottoirs, entretien de la voirie…), qui vous dira si votre municipalité doit encore faire des efforts en termes d’aménagements.

Moi qui pense déménager à Nice, il va falloir que j’agisse pour que la ville remonte dans les sondages. Il est toujours étonnant de constater que ce sont les villes du nord qui mettent le paquet pour valoriser les déplacements à vélo ou à pied, alors que c’est au sud que l’on a la meilleure météo pour s’en servir.

Connaissance du milieu

De grands écrivains ont témoigné de leur addiction aux déambulations solitaires. On sait que la cadence, lente ou rapide, libère l’esprit des pensées parasites et tourbillonnantes, et créé un contexte cérébral favorable à la production d’idées et d’associations nouvelles. 

C’est une idée qui m’est très chère et que l’on retrouve partout dans ce blog : notre corps produit lui-même nos pensées, nos états d’âme, nos humeurs. Agir avec son corps dans son ensemble, par le mouvement et par l’utilisation de tous ses sens, c’est équilibrer et maitriser son monde intérieur et extérieur.

Mais la marche apporte aussi une connaissance directe du milieu, telle que l’aurait un journaliste en vadrouille, enquêtant sur un sujet. A pied, on a continuellement une expérience en prise avec la réalité. On perçoit immédiatement une quantité de faits et de données sans intermédiaire, sans explication, de façon tout à fait spontanée. Pas le temps de prendre du recul, de se faire un jugement. Au final, cela nous permet de mieux accepter la vie telle qu’elle est.

Sentir les tendances, c’est un métier qui se pratique essentiellement dans la rue en utilisant sa capacité d’observation. Les modes vestimentaires en particulier se dessinent sur les trottoirs des grandes villes ou dans les couloirs du métro. Dans tous ces lieux empruntés par des milliers de personnes qui se voient et se jaugent sans paraitre y prêter attention. Un jour, l’une d’entre elle note un détail et le reproduit ostensiblement, tandis que des milliers d’autres la copieront, sans même sans apercevoir…

Sport

Je termine par le sport, et c’est une partie essentielle. Oui, la marche est un sport, ce qui est rassurant pour celles qui sont réfractaires à l’idée de se mettre au yoga, au jogging, ou à l’aquagym -parce qu’elles n’aiment pas leur corps en pantalon collant, en short ou en maillot de bains, et qu’elles s’imaginent que les autres ont honte pour elles.

Je vous rappelle que toutes les femmes sont gênées dans leur corps, hélas, particulièrement à la cinquantaine (les années des kilos en trop). Et je vous assure que la marche booste l’image que l’on a de soi, en plus de développer notre musculature.

Quoi qu’il en soit, la seule chose dont on a besoin pour marcher, ce sont des chaussures (imperméables et à semelles solides), d’un coupe-vent au-cas-où, de vêtements amples, superposables et confortables et d’une bonne crème solaire. J’insiste sur les chaussures : il y en a des bonnes et des mauvaises, choisissez-les avec circonspection, comme le font les adeptes du running.

Pour aller plus vite, passez à la marche nordique, avec des bâtons, qui se répand partout dans le monde occidental. Le mouvement s’apprend, et certaines erreurs doivent être éviter. Consultez cette vidéo si vous voulez vous y mettre, et inscrivez-vous à un club du quartier.

Enfin je vous recommande de pratiquer la randonnée pédestre. On y voit du paysage, on se fait des amis, on revient avec des souvenirs inoubliables. C’est là tout le pouvoir de la marche à pied : on se sent revivre.

Cet article vous a plu ? Alors lisez ces textes sur un sujet proche

Et vous, que vous apporte la marche à pied au quotidien ?

Partagez votre expérience et vos idées sur ce sujet !


    2 replies to "Marche à pied, le secret des quinquas heureux"

    • DESHAYES Marie Josée

      Bonjour, pour moi la marche c’est une forme de renaissance. Pouvoir marcher après avoir été très malade par exemple, c’est un cadeau, un petit miracle. On redécouvre son corps et ses possibilités, et on redécouvre le monde qui nous entoure c’est merveilleux, surtout si on a dû rester longtemps enfermé du fait de problèmes de santé. C’est une liberté merveilleuse. La marche apporte une joie et un bien-être très profonds. Chaque jour on progresse et c’est gratifiant. J’ai la chance d’habiter près d’un fleuve, près de l’embouchure de l’océan. Je vois les pêcheurs, ce qu’ils ramènent de leur pêche, les cormorans et les mouettes, je sens l’odeur de la mer et je revis. C’est un bonheur qui m’est devenu indispensable chaque jour, quel que soit le temps. Pour moi, la marche est un véritable sport qui vide l’esprit des soucis et l’ouvre aux belles choses qui sont partout quand on marche. Je marche avec mon chien, qui rechigne parfois à me suivre quand mes marches sont trop longues, mais cela permet aussi de très facilement engager la conversation avec d’autres propriétaires de chiens, on ne se sent pas seul. Cela permet d’observer la beauté partout, ne serait-ce que dans un papillon qui vole, ou pour moi le chant des mouettes et cela est très relaxant. Je vous remercie Véronique pour cet article très intéressant et très bien écrit. Très belle journée

      • Véronique

        Merci beaucoup Marie-Josée. Quelle chance d’entendre le chant des mouettes en se baladant, pour moi c’est le signe des voyages…

Leave a Reply

Your email address will not be published.