Comment mieux vivre dans son logement après 50 ans ? 

L’aménagement de la maison suit l’évolution de la vie, et en particulier de la famille. Oui, un jour ou l’autre, les enfants partent. Et le moment arrive où nous aussi, les parents quinquas, on aimerait trouver un nouveau logement. Ou ré-agencer le nôtre. Pour passer à autre chose, et pouvoir refaire sa vie de couple, ou en changer. Les générations qui vivent dans les mêmes murs pendant des lustres, la plupart d’entre nous n’en veulent plus. 

Pour la première fois, dans la cinquantaine, on peut souvent se permettre financièrement de choisir où habiter. Tous ces journaux de décoration qui coûtent la peau des fesses, c’est exactement pour notre génération qu’ils ont été conçus : les jeunes ont autre chose à faire, les familles n’ont ni le temps, ni l’argent pour investir dans un mobilier vintage scandinave ou mid-century. Les vrais afficionados, et les vraies clientes, du design, c’est nous !

De plus la pandémie est passée par là et le travail à domicile a fait une vraie percée. Notre intérieur a pris une énorme importance. Il est l’endroit stratégique où l’on travaille le jour et où on vit la nuit. Où on se détend seul, et où on reçoit ses amis. Où l’on habite à deux, et où l’on héberge ses enfants en vacances. Ce lieu de vie est devenu le lieu de vies, celles que l’on a et celles dont on rêve.

1-    Un tournant majeur dans notre habitat

1-    On veut choisir le lieu où l’on vit

Les Américains utilisent très facilement l’expression « empty nesters », qui caractérisent les parents dont les enfants ne vivent plus sous le même toit. Nous ne possédons pas ce statut en Europe, peut-être parce que nos enfants reviennent plus souvent, ou partent moins vite, ou restent attachés longtemps au foyer.

En tous les cas, après plusieurs décennies de vie familiale, les adultes d’une cinquantaine ou une soixantaine d’années se retrouvent avec de nouveaux besoins, en particulier de logement. C’est le moment de choisir un nouveau cadre de vie, qui nous emmènera jusqu’à la retraite, voir au-delà.

Typiquement, plusieurs choix se font sentir : 

  • Déménager et se rapprocher du centre-ville ou de la campagne, 
  • Réaménager sa grande maison et distinguer une partie habitée en permanence, et une autre pour les petits enfants en vacances, 
  • Multiplier les lieux de vie, par exemple un appartement pour le travail et une maison de weekend. 

2-    On veut choisir le logement et les meubles

Et je ne parle pas que du lieu : souvent, on ne veut plus des meubles non plus, ni de la vaisselle (ni des livres, ni du linge, ni des objets divers). L’équipement de la maison a tellement évolué, les critères de confort aussi, que on ne sait plus quoi faire de ce qui a été transmis par nos parents. C’est bon pour une résidence secondaire, au cas où ils nous ont laissé une petite bicoque près des plages de Vendée, ou un appartement en Savoie.

Mais pour nous, que nenni. On veut du moderne et la 4G dans toutes les pièces, sans avoir à aller au bout du jardin pour appeler nos copines sur WhatsApp. 

Allons-nous vers cette tendance américaine, qui consiste transformer une chambre libre en placard, rempli de vêtements ? Je ne parle pas des “walk-in-closet”, ces dressings immenses qui sont adjacents à toute chambre à coucher qui se respecte. Mais bien d’une pièce entière, dans laquelle vous auriez fait une chambre d’amis au siècle dernier…

3-    On veut choisir l’aménagement et la décoration de chaque pièce

L’endroit où l’on habite, le cadre de vie, l’organisation intérieure et l’utilisation potentielle pour les décennies à venir sont stratégiques pour notre bien-être. Aujourd’hui et demain. Oui, un jour, la prochaine étape arrivera, celle où il faudra choisir un logement « adapté », c’est-à-dire conçu pour y vieillir en toute sécurité. 

Mais pour le moment, on veut surtout profiter du plaisir de visiter de l’ancien ou du neuf, de faire des plans, de rénover, d’agencer et de décorer : design, vintage, minimaliste, contemporain, colonial, cottage, industriel ou écolo, le style de notre habitat suit les saisons, comme la mode. 

Fini le temps où l’on décorait une bonne fois pour toutes avec les meubles de famille. Désormais, on revend ses étagères sur E-Bay dès que l’on décide de redonner un nouveau look à sa bibliothèque. 

Chaque printemps, la couleur des murs, pièce par pièce, est savamment anticipée par les grands spécialistes du genre. On n’hésite plus à reprendre la salle de bains tous les 3 ans si nécessaire. D’ailleurs, notre intérieur se démode à grande allure et a une durée de vie de 10 ans, pas une de plus. 

2- Cuisiner et recevoir 

Manger et nourrir, c’est le principe de vie résumé en deux mots. Ces fonctions sont au cœur du foyer, de la famille, mais aussi essentielles à l’amitié. Elles collent à la société et à l’évolution des mœurs : la mondialisation et le local, l’invention ou la tradition. 

C’est pour ça que votre cuisine compte autant pour vous. Vous y referez les gestes de votre mère, ou des femmes qui vous ont entourées. Votre conjoint se prendra pour un chef et sera largement applaudi – alors que votre curry de poulet est bien meilleur. L’injustice se tapit jusqu’au fond des fourneaux.

C’est le lieu de routine par excellence. Trois repas par jour, quel ennui au bout d’un moment ! Et quelle responsabilité : on creuse sa tombe avec ses dents, donc il s’agit de ne pas (trop) tuer notre entourage à petit feu. Bref, choisissez bien votre cuisine. Le contenant et le contenu. Faites-vous plaisir parce qu’au bout du compte, vous y passerez énormément de temps. Et vous devrez y trouver l’inspiration pour, au propre et au figuré, nourrir autrui. 

MON CONSEIL – Gardez-vous d’abattre les murs pour installer une cuisine ouverte si vous êtes une grande cuisinière. On y voit tout (y compris la vaisselle sale qui s’entasse dans l’évier) et on y sent tout, pendant des heures. Je vois pas mal de femmes qui en reviennent. 

3- Se laver et prendre soin de soi

L’hygiène c’est bien, mais le soin du corps, c’est mieux. Une baignoire japonaise (dedans ou dehors), une douche digne d’une thalasso, dans une pièce spacieuse tendue de matières nobles et baignée par la lumière naturelle d’une porte fenêtre, vous en rêvez ? 

Alors il va falloir pousser les murs. Car votre petite salle d’eau familiale ne va pas faire l’affaire. Et il est hors de question d’y caser la machine à laver, ça va sans dire. Le soin de soi, ça prend beaucoup de place, et ça ne supporte pas les serviettes et les gants qui trainent. Mais rien n’est plus réconfortant pour votre bien-être (enfin on l’espère).

Et en plus dans ce lieu très intime, on ne reçoit pas les étrangers. La salle de bains est devenue bien plus une extension de la chambre à coucher que de la salle à manger. Pour les ablations de vos invités, une pièce adéquate s’impose. Charmante, elle aussi.

MON CONSEIL – L’aménagement de la maison repose beaucoup sur les pièces d’eau, qui sont celles où l’on se relaxe, et celles où l’on risque le plus de chutes. Pensez avant tout à poser un sol anti-dérapant ainsi qu’une douche à l’italienne, sans marche ni porte.

4- Être seule et travailler

Être seule et se ressourcer, on doit pouvoir faire cela chez soi, non ? D’où le nouveau mot d’ordre : chacun sa pièce, dans laquelle on peut se retirer et s’isoler. Pas seulement un bureau, bien entendu. Un chez-soi véritable, avec un coin lounge, des coussins moelleux et un beau miroir pour être sûre que vous êtes la plus belle. 

Un endroit pour vous mais aisément convertissable, pour accueillir les enfants quand ils reviennent. C’était l’ancienne chambre d’amis, au siècle dernier, autrement dit la pièce fourre-tout où vous posiez votre planche à repasser. Aujourd’hui, c’est votre sanctuaire.

Et votre conjoint dispose de sa propre pièce lui aussi : la chambre de votre petit dernier, entièrement reconvertie. Où il peut avoir sa télé à lui si ça lui chante, et où il placera sa collection de maillots de foot et tous ses trucs que vous ne voulez pas voir – là je vois que vous souriez. 

MON CONSEIL – La lumière du jour est essentielle pour se sentir productive, ou se reposer. Agrandissez votre fenêtre si c’est possible, ou posez une porte-fenêtre avec un accès direct vers l’extérieur. Pensez aussi à multiplier les sources lumineuses plutôt que vous en tenir à un seul plafonnier.

5- Vivre à l’extérieur et à l’intérieur

Les architectes intérieurs ont bien compris le potentiel du réchauffement climatique. Vu que la nature se rappelle à nous, et sachant qu’une pandémie peut toujours en cacher une autre, on mise sur l’outdoor, avec terrasse et véranda. A condition de soigner les systèmes d’isolation, de ventilation et de protection contre le soleil.

Les terrasses se sont transformées en pièce de vie. Quand j’étais petite, personne ne mangeait dehors en été ; on pique-niquait le dimanche midi, un point c’est tout. Désormais le barbecue et cette table en plastique branlante vous font vaguement honte. 

Vous vous voyez plutôt évoluant dans un patio à l’Italienne, avec une cuisine extérieure digne de ce nom, un salon d’été, un jardin d’herbes aromatiques, le glouglou d’une fontaine ou deux et les oliviers et plantes grasses assortis. Le minimum, quoi.

MON CONSEIL – Misez sur les volets électriques que l’on active avec une télécommande. Si vous voulez éviter une installation compliquée, choisissez des volets roulants solaires. Le caisson extérieur dispose d’un panneau solaire intégré, ce qui supprime tout circuit électrique complémentaire.

6- Être en couple et se reposer

La chambre parentale est-elle la chambre du couple ? Vaste question. Tout dépend si notre conjoint ronfle, en fait. Notre sommeil étant devenu une affaire d’état, la clé de notre bonheur intime, les chercheurs nous conseillent de nous séparer pour mieux dormir. 

30% des couples feraient chambre à part, une tendance lourde. Ont-ils renoncé à une vie sexuelle, ou s’invitent-ils l’un chez l’autre de temps en temps ? Sur ce plan on serait tous tentés d’exagérer nos performances…

Mais vous avez toujours le choix de dormir avec des boules Quies. Et de mettre votre conjoint au régime, pour qu’il ne vous embête plus. Donnez-lui des légumes plutôt que des pâtes, vous verrez : perdre du poids, c’est très bon pour la paix des ménages, et pour des nuits plus douces.

MON CONSEIL : Avant de décider à mener des vies nocturnes séparées, achetez un nouveau lit king size, avec deux matelas distincts. Vous pourrez ainsi bouger dans tous les sens sans gêner votre partenaire. Le top, c’est un lit électrique où l’on peut articuler les deux matelas de façon indépendante.

7- Ranger, vider, organiser

Les placards et les systèmes de rangement ont désormais leurs grandes surfaces spécialisées et leurs gourous (comme Marie Kondo). Qui aurait cru que la couleur des porte-manteaux et la texture des poignées de commodes passionneraient autant les quinquas que nous sommes ? 

C’est vrai qu’en réalité, c’est nous qui rangeons. Notre conjoint veut bien passer l’aspirateur, mais mettre les chaussures en place, remiser les affaires de ski, et classer les déclarations d’impôts, c’est nous. Alors autant qu’on adopte le système qui nous plait. Celui qui nous donne l’impression de faire de la décoration plutôt que de faire le ménage.

Et quand on en a assez, on se met à trier et à vider. Aujourd’hui le minimalisme est un vaste marché qui nous tend les bras, avec des promesses d’allègement mental et de vie plus simple. Et si, après réflexion, tout cela vous semble bien vide, vous pourrez toujours reprendre le chemin des magasins…

MON CONSEIL : Le plus difficile à ranger, ce sont les dizaines de petits “trucs” que l’on dépose partout dans la maison, pièces de monnaie, pinces à cheveux, cartes de réduction, clés rarement utilisées, listes, etc. Posez tout ça dans un seul tiroir, et triez-le une fois par an.

8- Choisir entre papier ou numérique

Je suis une déménageuse, et le choix du papier ou du numérique s’est posé à moi depuis longtemps. Mine de rien, les livres prennent une place folle, et accumulent une belle quantité de poussière. Et puis qu’ils soient neufs ou d’occasion, on les relit rarement, même si on les fait circuler.

Et toutes ces boites à archives remplies de factures d’électricité et de relevés bancaires ! C’est fou que l’administration occupe une place physique dans nos logements. Va-t-on avoir un poids sur la conscience si on s’en débarrasse, comme si ces documents constituaient un fil à la patte à la citoyenne qui est en nous ?

Posséder une bibliothèque visible est très culturel. En Europe, c’est commun, presque attendu. Aux USA on a plutôt tendance à l’escamoter. Bref, comme tout dans la maison, le livre devient décor : on ne le garde que s’il est beau.

MON CONSEIL : Si vous n’êtes pas une grande lectrice, n’oubliez pas qu’une tablette ou un Kindle est beaucoup moins onéreux que tous ces bouquins accumulés. Mais… ces derniers ont de vraies vertus thérapeutiques, grâce au fait de les toucher (ce qu’adorent les enfants).

9- L’aménagement de la maison des quinquas : le récapitulatif

  1. Soyez pragmatique et choisissez un lieu où vous êtes sûre de pouvoir rester,
  2. Privilégiez la lumière naturelle, partout, pour ne pas déprimer en hiver,
  3. Faites-vous plaisir : vous avez plus de temps et plus d’argent pour décorer,
  4. Ayez une ou deux pièces multi-fonctions, faciles à convertir pour recevoir vos enfants,
  5. Aménager votre espace, bien à vous, où vous pouvez fermer la porte,
  6. Et n’oubliez pas l’extérieur, avec un espace beau et confortable.

ENVIE DE CHANGER à 50 ans et + ?

Inscrivez-vous à ma newsletter du dimanche, et bénéficiez de conseils uniques et fun !

Ces autres articles du blog vont vous intéresser

Et vous, quel aménagement choisissez-vous pour votre maison ?

Partagez vos expériences et vos suggestions dans les commentaires.


    2 replies to "L’aménagement de la maison quand les enfants partent"

    • Christine

      J’adore çà : “donne l’impression de faire de la décoration plutôt que de faire le ménage.” 🙂
      et j’ajouterais : c’est parfois le moment d’en accueillir d’autres des jeunes dans le besoin par ex quand les nôtre laissent à dispo la leur, voyageant de leurs propres ailes 🙂

      • Véronique

        Très bonne idée, il y a toujours des familles, des associations, des organisations ou des entreprises qui recherchent des chambres disponibles pour leurs jeunes en stage, étudiants, apprentis, immigrants, etc. Merci Christine !

Leave a Reply

Your email address will not be published.